Searching...
17 nov. 2010

Omerta dans la police

Biographie de l’auteur
Avant d’entrer dans la police, Sihem Souid dirigeait un service d’une centaine de personnes au sein de la Brink’s, l’entreprise américaine de sécurité. Après trois ans en service à la Police aux frontières d’Orly, elle a été affectée, à la suite de sa plainte contre sa hiérarchie, au service de prévention de la police qui dépend de la préfecture de police de Paris.






Présentation de l’éditeur
omerta dans la police par bakchichinfo Abus de pouvoir, corruption, trafic de statistiques mais aussi racisme, sexisme, homophobie, voici la face cachée de la police, telle qu’elle n’a jamais été décrite auparavant. Ou l’histoire d’une femme flic entrée dans la grande maison par vocation et idéalisme, qui déchante progressivement - elle a démissionné d’un emploi de cadre très bien rémunéré dans le privé. Sortie major de sa promotion, elle croyait que la police nationale était au service du public et des citoyens, mais elle s’aperçoit progressivement que l’institution républicaine n’est plus la garante des valeurs qu’elle est censée défendre. Le récit exceptionnel de Sihem Souid apporte, documents à l’appui, la preuve que la police, loin d’être une institution garante des valeurs républicaines, les bafoue souvent. Les coulisses d’un système souvent inhumain sont décrites dans cet ouvrage. Le plus édifiant, c’est que ce récit dissèque le pouvoir de nuisance de la hiérarchie policière sur ses subordonnés. Cette dernière n’hésite pas à user de menaces pour arranger la vérité. Sihem Souid, 29 ans, toujours en fonction, a décidé de briser l’omerta. Elle refuse " de laver son linge sale en famille " ainsi qu’il lui a été suggéré à plusieurs reprises. Elle est allée, accompagnée de plusieurs collègues, jusqu’à saisir la justice pénale pour dénoncer ces comportements. Ces risques, elle les a pris au détriment de sa carrière mais aussi de sa vie personnelle. Chantages, pressions, menaces, sa plainte la poursuit jusque dans sa vie de citoyenne. Ce livre est bien plus qu’un simple témoignage sur la police.

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire